Coeurdepoemes (Poète)

Coeurdepoemes (Poète)

Ma jeunesse fout le camp

La vieillesse.JPG

Photo prise sur : http://gillesguilloupeintre.blogspot.fr    

 

**********************************************************************

 

Ma jeunesse fout le camp

 

Le temps passe, les jours les mois défilent trop vite ...

 Le temps tourne dans le sens des aiguilles d’une comtoise

J’aimerais arrêter les aiguilles au cadran, arrêter le temps qui passe

Mais, je suis maintenant trop vieille pour monter sur une chaise.

 

Lorsque j'étais jeune, je courais vite, je grimpais aux arbres

Je courais dans les prés, en sifflotant un air de chanson

Aujourd’hui, je vis au ralenti, mes gestes sont devenus lent

J'ai des boulets aux chevilles, ce qui m’oblige à ralentir le pas.

 

J'aime admirer la nature, lui parler, sentir la bonne odeur des près

Mais ma vue à baisser, je vois mal, un voile flou devant les yeux

 Je marche avec l’aide d’une tierce personne que, je ne connais pas

 Elle est gentille, mais ne partage pas mon amour pour la nature.

 

J’aime admirer la nature, lui parler, sentir son doux parfum qui m'enivre

Je ferme les yeux pour mieux m’enivrer du parfum de lavande

On m'a volé ma jeunesse et laisser la vieillesse en échange...

 Le temps passe, les mois, les saisons, je prends de l’âge, je vieilli.

 

 Mon corps se ramollie, je n’ai plus de force, je m’assoupie, je m’endors

 Comme la saison d’hiver et que renait le printemps, l’été ou l’automne

Un peu comme les ours qui hibernent l'hiver et se réveille en été

 Quand un matin... je ne sais pas pourquoi ? J’ai oublié de me réveiller.

 

Hélène Fiachetti-Giliberti

 

Poème écrit en 2013

(Inséré sur le site 03 juin 2014)

  

(Les poèmes que vous pouvez lire sur ce blog

sont la propriété exclusive de leur auteur)

 

 



03/06/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres