Coeurdepoemes (Poètesse)

Coeurdepoemes (Poètesse)

A tout ceux que j'aime

 

 

******************

 

 

A tous ceux que j'aime 

 

 

A ma vie

 

Quand, je repense aux années passées

Et que je refais le chemin à l'envers...

Je regarde sans cesse de gauche à droite

Cherchant où, se trouve la faille ? ...

Celle qui nous a obligée à nous éloigner

Les uns des autres, alors qu'on s'aimait.

 

A toi mon ex-mari 

 

Moi qui croyais avoir trouvé le véritable amour

Très vite, il s'est transformé en amour destructeur

Faisant sans cesse des scènes dans notre maison

Celle que je croyais être la maison du bonheur

J'ai alors voulu te quitter...  Partir loin de toi ! 

Ma vie s'est arrêtée le jour où, j'ai fait mon choix.

 

A ma fille 

 

Ces pierres que tu as érigées, seule dans ton coin

Ce sont très vite transformées en mur de prison.

Nos dialogues se sont alors interrompus...

Le silence... S'est installé entre toi et moi !

Aujourd'hui, il ne reste que des éclats de voix !

Peux-tu me dire pourquoi, tu m'as offert tout ça ?

 

A mon fils 

 

Je pensais qu'un seul amour existerait dans ta vie

Celui que tu m'eus offert durant des années ...

Un jour, tu as rencontré une femme dans ta vie

Tu l'as aimée, beaucoup plus que tu ne m'aimes !

Le message a été compris, mais dis-moi pourquoi ?

Tu es devenu distant avec moi, du jour au lendemain ?  

 

A ma mère 

 

Depuis que mon père nous a quittés pour un monde meilleur

J'ai essayé de te donner l'amour que j'avais dans le cœur

Celui que tes autres enfants ont cessé de te donner

 Chaque dimanche qui passe... Je viens te voir par plaisir

Dans cette maison, où je t'ai placé, mais pas abandonné 

J'espère qu'un jour, tu me pardonneras de t'avoir placé.

 

A mon père 

 

Le chemin que tu as pris sans que tu l'eusses choisi

T'as éloigné de tous ceux que tu aimais et qui t'aimaient

A cause de ta maladie et surtout par obligation...

Tu nous as dit adieu sur ton lit d'hôpital

Par un signe de croix que tu nous as offert

Je m'en souviens comme si c'était hier ! 

J'ai tant versé des larmes salées, des vraies.

 

A mon frère 

 

Un jour, tu as fais le choix de nous quitter

En prenant le même chemin que notre père ! 

Ce jour-là, c'est toi qui a décidé de nous quitter

Par cette arme que tu as trouvée et qui t'a tué...

Comme un tableau signé de ta main, resté inachevé

Depuis, ce jour, mes yeux n'ont cessé de pleurer

Je verse des larmes, chaque fois que, je pense à toi.

 

 

A ma fille. A mon fils. A mon ex-mari 

 

Surtout ne m'en voulez pas de vous avoir écrit un poème

De vous crier ma souffrance oralement n'aurait servi à rien !

Sachez que toutes les larmes que je verse aujourd'hui ...

Seront les larmes que vous verserez demain ...

Lorsque mon corps s'affaiblira, s'éteindra petit à petit.

Mes larmes reflètant la souffrance que j'ai dans le coeur 

Je devrais plutôt vous remercier... Car grâce à vous

Je continuerai à écrire des poèmes d'amour, des vrais.

 

 

        Je vous aime

 

      Signé.. Hélène FIACHETTI-GILIBERTI

Alias cœurdepoemes

 

 

Ecrit le : 29 juin 2007

 

(Insérer le 29 juin 2007)

 

(Mes poèmes présents sur ce site

Restent la propriété exclusive de leur auteur)

 



29/06/2007
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres